Bienvenue, visiteur! [ Enregistrez-vous | ConnexionRSS Feed

Commentaires fermés sur Vendre l’entreprise à des intérêts externes

Vendre l’entreprise à des intérêts externes

| Acquisition d'entreprises, Analyse financière, Conseils d'experts, Évaluation d'entreprises, Financement d'entreprises, Nouvelles, Vente d'entreprises | 1 mars 2015

Vous pouvez décider que vendre votre entreprise à un tiers constitue le meilleur choix parmi les Stratégies de sortie disponibles.

La vente de votre entreprise peut avoir pour conséquence de créer une valeur immédiate et aussi de minimiser les conflits familiaux. Cependant, cette option ne passe pas toujours comme une lettre à la poste. La décision de vendre une entreprise qui s’est bâtie à force d’espoir et de dur labeur peut susciter un sentiment de perte. Une analyse méthodique de vos motivations et de vos besoins peut vous aider à parvenir à une décision.

Les principales motivations pour vendre à des intérêts extérieurs sont les suivantes :

– Volonté d’obtenir des liquidités à titre personnel

Quand presque tout votre patrimoine se retrouve dans l’entreprise, la perspective d’une vente vous offre la possibilité de convertir vos avoirs en liquide et de diversifier vos investissements.

– Besoin de capital d’expansion

Les entreprises à forte croissance excèdent souvent leurs capacités financières et leurs lignes de crédit commerciales. Une vente permet de disposer du capital d’expansion voulu pour saisir les occasions de croissance. Dans ces situations, vous pouvez conserver une participation minoritaire dans l’entreprise ou un pourcentage des bénéfices. Même si ces dispositions se traduisent par une perte immédiate du contrôle de l’entreprise et marquent la fin de votre rôle de dirigeant, vous pouvez les considérer préférables à une érosion de votre entreprise par faute de capital.

– Anxiété causée par la responsabilité personnelle et des risques déraisonnables

Un propriétaire peut se refuser à continuer d’assumer une responsabilité pour des garanties personnelles, comme des obligations fiscales (retenues d’impôt des employés), responsabilité de produits, dommages personnels ou garanties personnelles pour les dettes encourues par l’entreprise. En général, de telles garanties personnelles découlent des débuts marqués de risques de l’entreprise, mais elles n’ont peut-être jamais été retirées.

– Âge et état de santé

Il s’agit de loin de la raison la plus courante qui incite un propriétaire à vendre son entreprise. Plusieurs entrepreneurs n’envisagent jamais cette possibilité et quand les problèmes incontournables de l’âge et de l’état de santé commencent à se manifester, ils doivent alors considérer la possibilité de reprendre leurs billes.

– Besoin de changement

Il s’agit d’une autre raison courante pour vendre une entreprise. Après avoir vécu sur la corde raide pendant autant d’années, plusieurs entrepreneurs invitent de tous leurs vœux une réduction de cette pression constante afin de se consacrer à d’autres intérêts. N’attendez pas le moment où vous aurez à vendre pour des raisons économiques ou émotionnelles. L’anxiété peut vous amener à accepter une offre qui n’est pas dans vos meilleurs intérêts.

Étapes du processus de vente

Une fois que vous avez pris une décision, réunissez toute l’information requise pour mettre votre entreprise en valeur et la vendre :

– Trois années d’états financiers ;
– Déclarations fiscales pour trois ans ;
– Liste d’installation de bureau et d’équipement ;
– Valeur approchée de l’inventaire ;
– Liste des employés ;
– Listes des clients ;
– Copies du bail ;
– Contrat de franchise (le cas échéant) ;
– Liste des prêts avec solde et échéancier des paiements ;
– Copies des contrats de location d’équipement ;
– Noms des conseillers externes, tels que les courtiers commerciaux, les avocats et les comptables.

Ces renseignements sont utilisés afin de préparer un aide-mémoire, lequel représente le principal document du vendeur pour persuader les acheteurs potentiels. Ceux-ci disposent donc d’un document qui comprend des renseignements complets sur l’entreprise, sur ses produits, ses marchés, ses employés, sa technologie, ses fournisseurs et ses clients. D’autres renseignements peuvent être ajoutés, y compris l’historique de rendement, les nouveaux marchés potentiels, les occasions d’affaires pour les acheteurs et peut-être même des données financières prévisionnelles.

La préparation de ce document constitue l’un des aspects du processus de vente de l’entreprise qui gruge le plus du temps. Le vendeur se doit de trouver un juste équilibre entre le fait de fournir suffisamment de renseignements aux acheteurs potentiels et la nécessité de divulguer un nombre limité de renseignements confidentiels.

Le processus de vente dans son ensemble est complexe et chargé. De la décision initiale à la signature finale, ce processus exigera probablement plusieurs mois. Le processus nécessite non seulement la participation du vendeur et de l’acheteur de même que celle de leurs conseillers financiers, mais aussi celle d’avocats, de banquiers, de comptables et peut-être même d’employés, de syndicats, de clients et de fournisseurs.

Le processus de vente comprend habituellement les étapes suivantes :
– Déterminer la valeur de l’entreprise ;
– Préparation d’un aide-mémoire ;
– Identification d’acheteurs potentiels, ce qui nécessite parfois le recours à des courtiers commerciaux ou des spécialistes de l’industrie ;
– Planification fiscale ;
– Négociation avec des acheteurs potentiels et leurs conseillers ;
– Diligence raisonnable afin d’offrir à l’acheteur un portrait complet et impartial ;
– Gestion de la transaction.

Structure de la vente

Une vente peut être structurée de diverses façons, selon vos propres objectifs. Les conseils avisés de professionnels peuvent vous aider à déterminer l’approche qui vous convient.

Les options suivantes peuvent être considérées :

– Vente totale ou partielle

Vous pourriez choisir de ne pas vendre l’entreprise dans sa totalité. Il arrive parfois que l’acheteur y consente en acceptant que vous conserviez en partie la propriété de l’entreprise et que vous continuiez de la diriger.

– Vente d’actions ou d’éléments d’actif

Le vendeur peut décider de procéder à la cession de ses éléments d’actifs ou de ses actions. Des éléments d’actif, tels que l’équipement, la propriété intellectuelle ou votre liste de clients, peuvent être vendus plutôt que de procéder à la vente de l’entreprise elle-même. Cette option peut être invitante pour un acheteur qui ne tient pas à assumer les dettes et les obligations de l’entreprise. Par exemple, l’acheteur pourrait ne pas vouloir assumer une quelconque obligation vis-à-vis des employés. Le traitement fiscal pour ces deux options est distinct et cette question devrait être étudiée de façon attentive. Vous aurez à prendre une décision hâtive quant à savoir si vous tenez à vendre vos éléments d’actif ou vos actions de manière à ce que votre décision soit communiquée efficacement dans l’aide-mémoire.

– Paiement immédiat ou échelonné

Vous pouvez exiger un paiement en totalité quand la vente sera complétée ou vous pouvez opter pour des paiements échelonnés. L’acheteur pourrait privilégier cette dernière option. Cependant, en y consentant, vous pourriez encourir le risque que l’acheteur ne puisse effectuer ses paiements dans l’avenir. Certains acheteurs tiendront à effectuer une série de paiements en fonction des bénéfices réalisés par l’entreprise, ce qui laisse supposer que vous aurez à rester au sein de l’entreprise pour une certaine période de temps.

Employés

Assurez-vous d’informer vos employés de la vente éventuelle de l’entreprise ; ne laissez pas cette tâche à un tiers. Les rumeurs rendent les gens fébriles ; certains membres de votre équipe pourraient même choisir de dénicher un emploi ailleurs et quitter l’entreprise sur le champ.

Si vous décidiez de communiquer la vente de votre entreprise de façon transparente, informez-en vos employés au préalable. Expliquez-leur que la vente ne se réalisera pas du jour au lendemain et, à moins que vous ne songiez à fermer l’entreprise si aucune vente n’était possible, qu’il est même possible qu’elle n’interviendra jamais. Soyez franc tout en restant optimiste.

En revanche, si vous décidiez de communiquer la vente possible de l’entreprise sous le sceau de la confidentialité, assurez-vous d’éviter toute fuite auprès de vos employés. Envisagez la possibilité de recourir aux services d’un courtier commercial et exigez que tout acheteur intéressé signe un accord de confidentialité. Les acheteurs potentiels devraient aussi visiter vos installations en-dehors des heures normales de travail.

Finalement, vous pourriez décider qu’un employé ou davantage représentent les meilleurs acheteurs potentiels pour votre entreprise. Les employés connaissent mieux l’entreprise que des tiers et ils peuvent être plus aptes à convaincre des investisseurs ou des établissements de crédit de les aider à financer un Rachat de l’entreprise par les cadres.

Cherchez à obtenir le meilleur prix

Il arrive parfois que la vente d’une entreprise à des intérêts extérieurs ne permette pas d’obtenir le prix escompté. C’est pourquoi vous devez bien comprendre les facteurs qui vous permettront d’atteindre vos objectifs et d’obtenir le meilleur prix possible eu égard à votre investissement en temps et en ressources.

Mise à jour le 4 février 2015 Cet article a été initialement publié le 13 novembre 2006

Blog